jeudi, décembre 01, 2011

Grand duc

2 commentaires:

Ziggie a dit…

Cham,

Il me reste encore des découvertes à faire ici.

Durant longtemps, j'ai été surprise de ne pas lire plus de commentaires chez toi.

En puis en remontant les années, j'ai vu qu'il y avait eu belle et douce compagnie puis plus rien, puis à nouveaux des cygnes, noirs ou blancs. De nombreux tiens silences aussi.

On n'ose pas trop se poser chez les gens (enfin moi je n'ose pas) parce qu'on se dit qu'ils ont leur réseau d'amis et de connaissances (ou leurs raisons d'être silencieux).

Nous avons en commun, Anita (qui m'a bouleversée très souvent mais qui a choisi de se taire), Cali (talentueuse, drôle et modeste), Moumouk (un peu chiant mais bien sympa), Orange Drenka (qui m'a fait hurler de rire, mais muette aussi maintenant et dont des tas de gens ont copié l'expression écrite sans jamais l'égaler).

Ce ne sont pas mes amis, ils ne me connaissent pas mais d'une certaine façon, j'ai été la leur.

Nous avons en commun un chat roux disparu pour toi, en bien triste état pour moi, un regard évaporé, un fils ou deux et une sensibilité que j'essaie d'écrire et que tu transposes en images.

Tu sors, tu bouges, tu voyages, je n'en ai pas la possibilité mais dieu que j'aimerais pourvoir m'évader de temps en temps.

Pour avoir des lecteurs, une très ancienne et célèbre blogueuse m'avait dit un jour qu'il fallait aller "tapiner" (sic) chez tout le monde, s'imposer, se faire connaître même dans les pires endroits (tu sais, avec des trucs qui clignotent partout que c'est la conjonctivite assurée au bout d'une minute), qu'il en resterait toujours quelque chose.

Je ne sais pas faire ça. Je fonctionne à l'émotion, à l'humour, à la curiosité, à ma perception de la beauté. Parfois certains-certaines cumulent. La chance.

Je suis toujours étonnée qu'on arrive dans mon espace et qu'on y reste (parce que côté humour, je n'ai pas été gâtée par la nature...).

Tu sais, de mes expériences antérieures (j'ai eu deux blogs avant celui-là, un qui était collectif et un autre en solo), je sais que l'amitié virtuelle est comme le vent, elle passe. Sauf à se rencontrer dans la vraie vie régulièrement, une fois la porte refermée, nous n'existons plus. Il faut le savoir à l'avance pour ne pas souffrir.
Sauf à se protéger à l'extrême. Je ne sais pas faire ça non plus.
Ah là là...

Tournée du "grand duc" ce soir ?

Chamamy a dit…

Tiens une étrange créature vient de se poser sur la barre des adeptes de ce blog,c'est gentil d'afficher ici sa beauté translucide,c'est une belle promesse.
A bientôt *****